LE SLOW CONTENT

Category : Blog

VERS UNE RÉDACTION PLUS SOUPLE ET PLUS COHÉRENTE

En tant que rédactrice, je m’interroge souvent sur la façon dont on publie des contenus à outrance.
Je suis parfois très surprise qu’il faille coûte que coûte proposer du texte, dans une quête de l’instantané. Nous souhaitons être vite publié, en oubliant de ce fait, le lectorat concerné. Mais la « junck information » aujourd’hui, nous donne un effet de trop-plein. À l’heure où la toile regorge de contenus qui ne sont pas lus, ni parfois, compris, le Slow Content, lui nous donne la voie sur un angle de vue différent. Un contenu qui aura un impact.

Ce que nous oublions, c’est que Google regroupe plus de 200 critères d’algorithmes qui changent régulièrement tous les ans. Certains d’entre eux nous sont d’ailleurs totalement inconnus. Nous ne pouvons donc savoir si la publication va remplir TOUS les critères du moteur de recherche.

Bien sûr, un contenu régulier est propice afin d’augmenter son trafic. Mais dans cette politique de statistiques à tout prix, il est intéressant de constater que la quantité écrase la qualité. Le tout avalé, avec un appétit démesuré.

Propriétaire de plusieurs blogs, je pensais moi-même devoir fournir un travail acharné pour proposer des articles toujours plus longs, toujours plus calibrés, toujours plus…

Mais un jour j’ai décidé de ne plus me mettre de pression.

Nous sommes d’accord, un travail fait pour un client sera toujours du « sur-mesure » quoi que l’entreprise décide. Néanmoins, les services que je propose ne cherchent pas seulement à faire plaisir aux moteurs de recherche.

Cela fait partie de mon éthique et de mes valeurs, de toujours conseiller pour un contenu de qualité et surtout authentique. En ce sens, je me range du côté de ceux qui utilisent aujourd’hui le Slow Content, qui donne un sens à un nouveau rythme de communication.

LE SLOW CONTENT, KASEKO ?

Vous avez tous entendus parler du mouvement « slow » appliqué à la cosmétique et la nourriture. Et bien ce mouvement se rapporte également au web. Depuis quelque temps, les sujets abondent sur Internet et les professionnels se rapprochent de techniques plus adaptées, plus « light » en matière de markéting et de communication.
Le Slow Content lui, vise à éviter de bombarder la toile de contenus rédactionnels sans intérêt et sans pertinence, ce qui finalement à le don d’ennuyer les internautes, moi y compris.

POURQUOI ALLER VERS UNE ÉCOLOGIE ÉDITORIALE ?

À la question peut-on être écologique sur notre façon d’écrire et de publier ? Je réponds oui.

La pollution existe bel et bien sur le web. Il suffit juste de voir le nombre d’informations qui y navigue. Chacun d’entre nous veut imposer sa notoriété, attirer du public. Néanmoins je pense qu’il est tout à fait faisable d’être visible et raisonné sur la toile. Ce faisant, contribuer à une écologie éditoriale tout en attirant des personnes concernées, clients potentiels, de produits ou de services.

Une rédaction de contenu sous le signe du Slow Content est évidemment un travail rigoureux et demande un peu plus de temps. La qualité, la richesse et la pertinence sont les clés pour atteindre une écologie de mots qui, au delà du référencement naturel, monteront à l’audience, l’implication mise en avant.

Et surtout, la volonté d’être lu !

DÉPOLLUONS NOS CONTENUS !

En ces temps de crise, c’est justement le moment idéal pour trier nos contenus. La réécriture est une des manœuvres à appliquer afin de rafraichir un texte trop longtemps oublié. Avec de bons mots clés et une intention réelle d’apporter de la valeur, voilà une bonne raison de s’essayer au Slow Content.

Vous avez besoin d’une rédactrice pour rafraîchir vos contenus ? À votre écoute, j’adapte mes services en fonction de vos besoins…


Leave a Reply