Ce conte nous emmène au-delà du réel, quand le temps des légendes remplissait le cœur de ceux qui les écoutaient.

Un roi vivait au plus haut d’une tour et malgré son noble rang il était craintif, car ses peurs appauvrissaient ses rêves.

Chaque matin, il angoissait à l’idée de ne plus voir la lumière du soleil et que les ténèbres viendraient s’installer éternellement. Son autre peur lui venait de la forêt. Une forêt si épaisse, si ancienne, renvoyant l’ombre qu’elle étendait sur les voyageurs égarés. L’histoire racontait qu’un paisible ramasseur de champignons s’y était engagé et puis qu’un jour, il disparut. L’obscurité, pensait-il, l’avait avalé.

Un matin, le roi, voulant contrer sa terreur une bonne fois pour toutes, décida alors de raser la forêt mystérieuse. Mais un vieux chêne semblait subsister. Une sorcière habitant non loin de là, porta secours au roi et lui donna une potion magique pour anéantir l’arbre fier, mais seulement s’il était certain de son choix.
Le roi acquiesça vivement et finit par détruire le chêne récalcitrant. Le lendemain, les gardes le réveillèrent, faisant grand tapage. L’arbre avait effectivement disparu, mais en son centre gisait sans vie, la plus belle femme qu’ils n’avaient jamais vue de leur vie. Le roi, comprenant son erreur, décida alors de rebâtir entièrement la forêt. Tout fut replanté. Mais le temps passait et le roi vieillissant se retrouva soudain bien fatigué. Afin de laisser le monde tel qu’il l’avait connu, il choisit de revenir dans la forêt renaissante là où les ombres vivaient et il sut sans peur ni crainte, les vraies raisons de son cœur. La jeune femme dévoilée sous le vieux chêne lui apparut alors, et lui tendit la main. C’est ainsi que le roi partit vers d’autres mondes et que son histoire prit fin.

LES ÉTAPES

Dans ce conte, nous retrouvons la structure d’une histoire utilisée en storytelling.

La situation initiale : le roi vit dans sa tour. Chaque jour, il craint de ne jamais voir le soleil, chaque jour il entretient sa peur de voir la forêt les faire, lui et son royaume, basculer dans l’ombre.

Élément déclencheur : jusqu’à ce qu’un jour, il décide de prendre une décision radicale : raser la forêt. S’ensuivent différentes péripéties pour mener à bien son projet. Il rencontre un premier archétype, la sorcière. Ici, le roi semble toujours fier et ancré dans sa position.
Après avoir détruit l’arbre, il découvre un deuxième archétype, la belle jeune femme, qui gît au milieu des racines.

Dénouement : pour finir, le roi se rend compte de son erreur. L’ombre fait partie de la lumière. Il prend conscience que les deux ne peuvent être séparés, et c’est ainsi qu’il souhaite rebâtir la forêt. Mais c’est un travail de longue haleine et le roi finit par vieillir. Il va donc passer ses derniers instants dans cette forêt qu’il a recréée et la lumière (la jeune femme), réapparaît devant lui pour l’emmener avec elle.

Cette histoire, bien qu’imaginaire, nous fait entrer dans un monde où les transformations sont réelles, où les personnages vivent, apprennent et comprennent leur destinée.
Le récit contient un thème moral qui pourrait entre «  devons choisir entre l’ombre et la lumière » ?

La patience est, elle aussi, un message. Nous nous apercevons qu’elle peut être requise lorsque l’on s’attèle à un projet. Comme une histoire de marque à raconter, pas à pas, nous devons être patients, pour l’ancrer dans l’éternité.

N’est-ce pas là le but d’une histoire ? Que l’on puisse s’en souvenir ?


Dans l’aventure de l’Atelier « Écriture et Storytelling », je vous explique comment passer ces étapes pour construire une histoire qui a du sens et comment la fiction peut vous y aider.

En attendant, ne cessez jamais de raconter vos histoires…

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *